Accès intranet



Actualités

Clôture des Inscriptions Saison 2014-2015

  CLÔTURE DES INSCRIPTIONS Saison 2014-2015   Comme chaque année, la...
Formation Bagua Zhang en 3 ans à Toulouse

Formation Bāguà Zhǎng en 3 ans (style Chéng) 八卦掌...
Ateliers - La Diététique Taoïste des 4 Saisons

    Ateliers de Diététique Chinoise 8 Ateliers Santé...

Imprimer

Présentation du Taiji Quan (Tai Chi Chuan), du Xingyi Quan, du Bagua Zhang et de la Self-Défense

Qu’est-ce que le Taiji Quan (Tai Chi Chuan)  ?

 

Le Tàijí Quán 太极拳 (Tai Chi Chuan) ou « Boxe du Faîte Suprême » est avec le Bāguà Zhǎng 八卦掌 ou « Paume des 8 Trigrammes », le Xíngyì Quán 形意拳 ou « Boxe de la Forme et de l’Intention » et le Liùhébāfǎ Quán 六和八法拳 ou « Boxe des 6 Combinaisons et des 8 Méthodes », un art de combat classé dans la catégorie des arts dits « internes » (Nèi内) ou « souples » (Ruăn 软).

 

Son origine, quelque peu obscure, remonte au mieux au XIIe-XIIIe siècles environ. La tradition fait remonter sa création au moine taoïste Zhāng Sānfēng 张三丰 qui aurait vécu sur les montagnes de Wŭdāng 武当 aux alentours du XIIIe siècle sous la dynastie des Sòng du Sud (Nán Sòng Cháo 南宋朝) qui régna en Chine entre 1127-1279.

 

taijiquan1

Le moine taoïste Zhāng Sānfēng 张三丰


 

On compte de nombreux styles de Tàijí Quán 太极拳. Les plus connus sont :

 

  • Le style Chén 陈 du maître Chén Wángtíng 陈王廷 (1587-1664)
  • Le style Yáng 揚 du maître Yáng Lùchán 揚露禪(1799-1872)
  • Le style Wŭ Hăo des maîtres Wŭ Yŭxiāng 武禹襄 (1812-1880) et Hăo Wéizhēn 郝為真 (1842-1920)
  • Le style du maître Lĭ Yìyu 李亦畬 (1831-1892)
  • Le style Wú Jiàn 吳鉴 du maître Wú Quányòu 吳全佑 (1834-1902)
  • Le style Sūn 孫 du maître Sūn Lǜtáng 孙綠堂 (1860-1932)
  • Le Wŭdāng Tàijí Quán 武当太极拳 ou Tàijí Quán des monts Wǔdāng

 

La pratique du Tài Jí Quán au sein de Yăng Shēng 養生

 

Taijiquan_Style_Yang_1_copie

Pratique du Tàijí Quán - La Posture du Simple Fouet (Dan Bian)


Yăng Shēng 養生 structure l’apprentissage et l’approfondissement du Tàijí Quán à partir d’un programme en 12 niveaux correspondant à 12 grades :

  • 4 grades de base (1e Ji, 2e Ji, 3e Ji et 4e Ji)
  • 8 grades avancés (du 1e au 8 Pin)


Le premier style étudié est le style Yáng 揚. Puis, vient peu à peu l’étude des styles Chén 陈, Sūn 孫, le Wŭdāng Tài Jí Quán 武当太极拳 et le style Zhāng Sānfēng 张三丰.


Le Tài Jí Quán au sein de Yăng Shēng 養生 c’est ainsi un travail

  • à main nue
  • avec armes traditionnelles (bâton, épée, sabre, lance, hallebarde, éventail, fouet de Wŭdāng, armes de jets, etc.)
  • des « Poussées de mains » (Tui Shou)
  • à la balle de Taiji (Taiji Qiu)
  • au bâtonnet de Taiji (Taiji Bang)
  • des applications martiales
  • au combat libre (San Shou)
  • au Qigong du Tàijí Quán, etc.

 

Qu’est-ce que le Xingyi Quan 形意拳 ? 

 

Le Xíngyì Quán 形意拳 ou « Boxe de la Forme et de l’Intention » est avec le Tàijí Quán 太极拳 ou « Boxe du Faîte Suprême », le Bāguà Zhǎng 八卦掌 ou « Paume des 8 Trigrammes » et le Liùhebāfǎ Quán 六和八法拳 ou « Boxe des 6 Combinaisons et des 8 Méthodes », un art de combat classé dans la catégorie des arts dits « internes » (Nèi 内) ou « souples » (Ruăn 软).

 

Comme pour le Tàijí Quán, son origine remonte au mieux aux alentours des XIIe-XIIIe siècles. La tradition fait remonter sa création au général Yuè Fēi 岳飞 (1103-1142) qui vécut sous la dynastie des Sòng du Nord (Běi Sòng Cháo, 北宋朝 qui régna en Chine entre 960-1127.

 

 

 

Yue_Fei

Le Général Yuè Fēi 岳飞 (1103-1142) 

 

Les styles ou « branches » de Xíngyì Quán

On compte plusieurs styles ou « branches » de Xíngyì Quán. Les plus connues sont :

 

  • La « branche » originelle de la province du Shānxī issue du maître Jī Jìkě 姬际可 perpétuée à travers les maîtres Cáo Jìwŭ 曹继武 et Dài Lóngbāng 戴龙邦, puis à travers les maîtres Chē Yìzhāi 車毅齋 (1833-1914) et Sòng Shìróng 宋世榮 (1849-1927)
  • La branche musulmane de la province du Hénán qui se perpétua à travers l’enseignement du maître Mă Xuélĭ 马学礼
  • La branche de la province du Hébĕi qui se perpétua à travers l’enseignement du maître Lǐ Luònéng 李洛能 (1802-1890), puis des maîtres Guō Yúnshēn 郭雲深 (1820-1903), Sūn Lùtáng 孫祿堂 (1861-1933) et Chŭ Gùitíng 储桂亭 (1890-1977)


La pratique du Xíngyì Quán au sein de Yăng Shēng 養生

 

Xingyiquan_3_copie 

Pratique du Xíngyì Quán - Posture de San Ti Shi

 

Le style étudié est le style issu de la branche du Hébĕi qui nous est parvenu par la lignée des maîtres :

  • Chŭ Gùitíng, Wang Jizhen et Liang Chaoqun
  • Sūn Lùtáng, Sūn Jianyun et Deng Fuming (3e génération du style Sūn de Xíngyì Quán)

 

Qu’est-ce que le Bagua Zhang 八卦掌 ?

 

Le Bāguà Zhǎng 八卦掌 ou « Paume des 8 Trigrammes » est avec le Tàijí Quán 太极拳 ou « Boxe du Faîte Suprême », le Xíngyì Quán 形意拳 ou « Boxe de la Forme et de l’Intention » et le Liù Hé Bā Fǎ Quán 六和八法拳 ou « Boxe des 6 Combinaisons et des 8 Méthodes », un art de combat classé dans la catégorie des arts dits « internes » (Nèi 内) ou « souples » (Ruăn 软).

 

Probablement le plus ésotérique des arts de combat internes, le Bāguà Zhǎng 八卦掌 dérive d’écoles anciennes dont les fondements trouvent leur origine tant dans la lutte chinoise (Shuai Jiao), que dans le Xing Yi Quan, le Tan Tui ou « Jambe élastique », ou encore les boxes du courant Chang Quan ou « Boxe Longue » du Nord de la Chine.

 

Caractéristiques fondamentales du Bāguà Zhǎng 八卦掌

Comme son nom l’indique, le Bāguà Zhǎng est un art de combat dans les fondements reposent sur les « Huit Trigrammes » (Bagua) du « Livre des Mutations » (Yi Jing). Il repose notamment sur une succession de mouvements de la main ouverte exécutée en solo et en se déplaçant sur la circonférence d’un cercle imaginaire de 3 mètres de diamètre. Il convient donc de reproduire avec le corps, et particulièrement avec la paume des mains, 8 Trigrammes composées de trois traits continus (Yang) ou discontinus (Yin) correspondant aux trigrammes :

 

1 - Qian = « Ciel ou Créateur »

2 - Dui = « Lac / Nuées / Marais / Eau stagnante »

3 - Li = « Soleil / Feu »

4 - Zhen = « Tonnerre / Éveilleur »

5 - Xun = « Vent / Mobilité »

6 - Kan = « Rivière / Insondable / Eau courante »

7 - Gen = « Montagne / Immobilité

8 - Kun = « Terre / Réceptivité »

 

Bagua2

Diagrammes du Bagua dits du "Ciel Antérieur" (à gauche) et du "Ciel Postérieur" (à droite)


Contrairement au Xingyi Quan dont les techniques explosives sont portées le plus souvent en ligne droite, le Bāguà Zhǎng est fondé sur la stratégie du contournement. Les déplacements circulaires visent à éviter l'affrontement, le face-à-face, c'est-à-dire à esquiver les pièges d'un rapport de force. Il s'agit ainsi de se dérober au face-à-face et de passer sur les côtés ou dans le dos de l'adversaire. Les esquives du corps fondés sur ces déplacements se font par frottements des membres supérieurs, plutôt que par chocs. Ce style inclut également un travail de frappe, et un travail de projection - surtout dans la lignée Cheng, puisque Cheng Ting Hua était un spécialiste de Shuai Jiao, la lutte chinoise. Quant au travail de frappe, il est rendu difficile par l'inertie de la force centrifuge. C'est la raison pour laquelle le Bāguà Zhǎng est souvent étudié en synergie avec des styles qui compensent cet inconvénient. Le plus souvent, il est étudié en même temps que le Xingyi Quan, la Boxe de la Forme et de l'Intention.

Le Bāguà Zhǎng est un système de boxe extrêmement déroutant parce qu’hermétique vu de l’extérieur. Le pratiquant évolue en effet en déplacements circulaires rapides autour d’un axe imaginaire ou matérialisé symbolisant l'ennemi, et vers lequel il dirige constamment sa garde, change brusquement de direction, se baisse, se redresse, repart, etc. Le Bāguà Zhǎng se caractérise ainsi par des déplacements circulaires, avec notamment la fameuse marche en cercle (Zou Quan) et le "Pas glissé" ou "Marcher dans la boue" (Tang Ni Bu) dont l'origine chamanique taoïste tirerait sa quintessence dans le fameux "Pas claudiquant de Yu le Grand".

Pas_de_Yu

Diagramme du "Pas de Yu"


La stratégie du Bāguà Zhǎng réside ainsi essentiellement dans l’esquive et la contre-attaque. L’objectif est donc d’esquiver les coups tout en collant à l’adversaire pour conclure en corps à corps à tout moment avec une brusque mobilisation de l’énergie jusque là fluide. Les changements de direction permettent d’utiliser la force circulaire due à la rotation du corps pour la contre-attaque. Enfin, esquives et ripostes se succèdent continuellement, venant sans arrêt des huit directions et ne laissant aucun répit à l’adversaire que l’on tente de désorienter par des changements d’attitude, de direction et de rythme. La finalité technique de ce style est de transformer aussi bien les grands cercles du déplacement que les mouvements de rotation du corps en des méthodes d’attaque et de défense qui s’enroulent autour de l’axe de son adversaire.

Plusieurs armes spécifiques complètent la pratique du Bāguà Zhǎng à main nue. Parmi elles, on compte :

  • les "Couteaux  des Canards Mandarins" (Zi Wu Yuan Yang Yue) encore appelés "Couteaux en Double Lune" (Shuang Yue Dao) ou "Couteaux Cornes de Cerf" (Lu Jiao Dao). Elle est l'arme par excellence du Bagua Zhang. Il est dit que Dong Hai Chuan en fit la trouvaille à son arrivée à Pékin. Il trouva cette arme particulièrement intéressante et en développa l'utilisation au combat pour plusieurs raisons majeures : très peu encombrante, donc facilement dissimulable, elle est d'une très grande maniabilité et possède un large éventail de techniques utilisables contre de très nombreuses autres armes (épée, sabre, lance, bâton, etc.).

Ziwu
"Couteaux ou Crochets  des Canards Mandarins" (Zi Wu Yang Yuan Zheng)

  • les "Pinceaux du Jugement" (Pan Guan Bi)
Pan_Guan_Bi
"Pinceaux du Jugement" (Pan Guan Bi)

  • les Épées Faucilles (Gou Lien Jian)

  • les "Pointes en Griffes de Coq" (Ji Zhua Rui)

Armi_Varie_clip_image002
"Pointes en Griffes de Coq" (Ji Zhua Rui)

  • les "Roues Vent et Feu" (Feng Huo Lun)

Feng_Huo_Lun
"Roues Vent et Feu" (Feng Huo Lun)

  • le Grand Sabre - long d'1m40 (Da Dao)

Grand_Sabre_de_Bagua_Bagua_Dao
Le Grand Sabre de Bagua Zhang - long d'1m40 (Da Dao)

La tradition résume l'art du Bāguà Zhǎng par l'adage :

Se déplacer comme un Dragon - Xing Zou Ru Long
Se retourner comme un Singe - Dong Zhuan Ruo Hou
Tournoyer [Changer de posture] comme un Aigle - Huan Shi Si Ying

 

Il est dit encore que les trois points fondamentaux de la pratique sont :

Marcher comme dans la boue - Bu Ru Tang Ni
Vriller les mains comme des cordes - Shou Ru Ning Sheng
Tourner le corps comme une meule - Zhuan Ru Mo Mo

 

En fait, ce comportement est plus un symbole qu’une manière de combattre et l’on y retrouve l’éternelle quête de l’homme : celle de son identification à l’Univers et à ses lois. En cherchant à imiter le plus exactement possible la nature où tout est mouvement fluide et perpétuel, l’homme vise la découverte de sa vraie nature, celle du Dao. Voici ce qu’écrit le maître Sun Lu Tang au sujet de cet art :


L’art des Huit Trigrammes se matérialise dans les multiples mutations qui ne connaissent aucune limite. Toutefois, ces mutations ne peuvent être séparées des Huit Trigrammes des « Quatre Manifestations » ou Si Xiang, c’est-à-dire celui du Grand Yang (Sud), du Petit Yang (Est), du Grand Yin (Nord) et du Petit Yin (Ouest).


Ces « Quatre Manifestations » ne peuvent, à leur tour, être séparées des « Deux Phénomènes » ou Liang Yi, c’est-à-dire l’Ancien Yang et l’Ancien Yin.

Les « Deux Phénomènes » ne peuvent, à leur tour, être séparées de la pulsion du Qi unique (Taiji) du Vide originel (Wuji), lequel est dépourvu de signes matériels.


La compréhension de ceci au travers de la pratique permet, bien qu’utilisant le corps, de parvenir à l’oublier. Celui qui parvient à atteindre cet état est capable de voir sans regarder, d’entendre sans écouter, de palper sans toucher, d’opérer des changements sans bouger, de triompher sans intervenir.

Ceci est l’art de penser sans avoir d’idée, d’agir sans se contraindre et c’est là que consiste l’obéissance de l’homme au Tao. Cet art du poing est donc l’incarnation du principe créateur du Tao.

 

En étudiant et en pratiquant le Ba Gua Zhang, nous avons pour but de consolider notre santé en suivant les règles exposées sans violer les principes de la nature (Ziran). Ce faisant, on acquiert le savoir faire de l’auto-défense et l’on en retire un grand profit pour préserver son intégrité. Cela permet peu à peu d’aboutir à la compréhension de la meilleure méthode de transformation (Hua) de l’Esprit (Shen), et finalement de permettre à cette pratique d’exercer une influence sur le cours des événements eux-mêmes.


Les styles de Bāguà Zhǎng 八卦掌

On compte aujourd’hui de nombreux styles de Bāguà Zhǎng. Les 5 plus fameux sont :

  • Le style Cheng Bāguà Zhǎng issu du Me Chéng Tíng Huá (1848-1900)
  • Le style Yin Bāguà Zhǎng issu du Me Yin Fu (1841-1909)
  • Le style Yin Yang Bāguà Zhǎng
  • Le style des monts Emei (Emei Bāguà Zhǎng)
  • Le style des monts Wŭdāng (Wŭdāng Bāguà Zhǎng)


De nombreux autres styles dérivent de ces 5 premiers. Parmi les plus importants, on compte :


  • Le style Sūn Bāguà Zhǎng issu du Me Sūn Lù Táng (1861-1933)
  • Le style Xíng Yì Bāguà Zhǎng issu du Me Zhang Zhao Dong (1841-1909)
  • Le style Ma Bāguà Zhǎng issu du Me Ma Wei Qi (1853-1940)
  • Le style Song Bāguà Zhǎng issu du Me Song Chang Rong (1848-1900)
  • Le style Liu Bāguà Zhǎng issu du Me Liu Feng Chun (1853-1922)
  • Le style Gao Bāguà Zhǎng, issu du Me Gao Yi Sheng (1866-1951), etc.

La pratique du Bāguà Zhǎng au sein de Yăng Shēng 養生

 

 Baguazhang_1_copie

Pratique du Bāguà Zhǎng - La marche en cercle (Zou Quan)

 

 

Les styles étudiés au sein de Yang Sheng sont :


  • le style Chéng issu du maître Chéng Tíng Huá (1848-1900)



Formation en Bāguà Zhǎng en 3 ans

 

Outre les cours hebdomadaires, Yang Sheng organise de janvier à juin des formations intensives en 3 ans en Bāguà Zhǎng style Chéng.
La formation repose sur une étude théorique et pratique du Bāguà Zhǎng du style Chéng sous la forme de 5 week-ends + un séminaire de 5 jours résidentiels par an.

Ouverte à tous, sans prérequis de pratique, la formation sera assurée par Christophe CADÈNE, enseignant d'arts énergétiques et martiaux chinois et praticien en Médecine Traditionnelle Chinoise.

Pour plus de renseignements et connaître le programme de formation cliquez sur le lien suivant http://www.asso-yangsheng.com/accueil/nouveauteyangsheng-formationbaguazhangatoulouse

Qu’est-ce que la Self-Défense ?

 

La Self-défense ou « Auto-défense » est un système de défense dont les techniques de combat reposent sur la capacité, en cas d’agression, à savoir se protéger, et si nécessaire, en maîtrisant à la fois son adversaire et… sa propre peur. Le tout à partir de gestes simples, rapides et efficaces permettant de laisser une marche de manœuvre qui fera la différence.

Toute la self-défense tient en 5 mots : « Se mettre hors de danger ». L’objectif est donc autant que possible d’éviter le danger plutôt que de foncer dedans.


Les techniques de Self-défense ont ainsi pour objectif d’apprendre à quiconque à :

 

  • éviter les situations dangereuses (« Le Sage ne se trouve jamais sur le lieu de combat »)
  • se protéger et, le cas échéant, à protéger les autres grâce à des techniques simples et expéditives
  • être efficace sur tous les publics, que nous soyons un homme, une femme, voire un enfant
  • gérer notre peur afin de réagir de la manière la plus appropriée à la situation
  • rester dans le cadre de la loi qui, en France, régit la protection des biens et des personnes, notamment l'article 122-5 du Code Pénal
  • Enfin, ne jamais perdre de vue que SEULE compte la sauvegarde de notre intégrité physique

 

La pratique du Self-défense au sein de Yăng Shēng 養生

Elle est destinée à un public masculin ou féminin, sans distinction. Elle repose principalement sur l’application concrète de techniques de combat issues de la boxe de Shàolín, des boxes internes du Tài Jí Quán, Bā Guà Zhǎng et Xíng Yì Quán, utilisant différents outils comme les clés et immobilisation (Qínná), les techniques de lutte chinoise et de projections (Shuāi Jiāo) ou encore l’attaque des points vitaux (Dimmak ou Diăn Xuè).